MARIE HUMBERT, L’AMOUR D’UNE MÈRE sur TF1

  • Marie Humbert
  • Commentaires fermés sur MARIE HUMBERT, L’AMOUR D’UNE MÈRE sur TF1
Lundi 3 décembre 2007 à 20h50 sur TF1

Un film réalisé par Marc Angelo
Avec Florence Pernel (Marie Humbert),
Edouard Collin (Vincent Humbert)

Produit par Caroline Hertman, Christophe Dechavanne
et Fabrice Bonanno
( Les productions Clebs )

Le 24 septembre 2000, Vincent Humbert quitte la caserne pour rejoindre sa petite amie. Mais dans le dernier virage, Vincent s'encastre sous les roues arrière d'un poids lourd.
Dans un état critique, il est admis aux urgences de l'hôpital d'Evreux, où il subit une quinzaine d'interventions, mais les médecins ne laissent guère d'espoir à sa mère : Marie Humbert. Tétraplégique, les yeux cousus, intubé et dans le coma, Vincent est transféré dans un centre héliomarin. La vie de Marie bascule du jour au lendemain. Elle quitte son appartement et son travail pour suivre son «Titi». Et pourtant, Marie n'a pas le sentiment de se sacrifier pour son fils. Elle est persuadée que la guérison de Vincent est seulement un problème de temps et d'amour. Et Marie va lui en donner sans compter...

Le «miracle» a lieu, neuf mois après son arrivée au centre : Vincent bouge son pouce. Marie mettra neuf autres mois à lui apprendre l'alphabet afin de pouvoir communiquer avec lui. Le médecin qui suit Vincent n'en revient pas. Il n'a jamais vu ça de toute sa carrière.
Cette période d'euphorie est de courte durée, malgré les séances de rééducation et d'ergothérapie, Vincent ne fera physiquement plus aucun progrès. Lucide et conscient de sa très lourde pathologie, Vincent veut mourir. Il veut mourir parce que son corps, entièrement paralysé hormis son pouce, est une souffrance, qu'il ne voit pas, qu'il n'a plus d'odorat, que son dernier repas remonte à plus de deux ans et qu'il ne retrouvera jamais l'usage de la parole.

Au fil des mois, sa détermination ne faiblit pas, bien au contraire. Devant le refus des médecins à l'aider à mourir, Vincent va jusqu'à écrire une lettre au président de la République. Monsieur Chirac a le droit de grâce, Vincent lui demande le droit de mourir. Du jour au lendemain, l'affaire se médiatise, un débat national sur l'euthanasie s'engage, dont Vincent devient malgré lui, le symbole. Mais le Président ne peut aller au-delà des lois. Désespéré, Vincent se tourne alors vers sa mère et lui dicte : «Si tu m'aimais, tu me tuerais !» Par amour pour son fils, Marie qui lui a donné la vie, va lui offrir sa mort...

D'après les ouvrages "Je vous demande le droit de mourir", propos recueillis et texte élaboré par Frédéric Veille, de Vincent Humbert aux éditions Michel Lafon et "Je ne suis pas un assassin" du Docteur Frédéric Chaussoy publié chez Oh ! Editions.

Scénario, adaptation et dialogues de Isabel Sebastian
Musique originale de Armand Amar (Edition Une Musique)
Direction de la Fiction de TF1 : Takis Candilis
Direction artistique de la Fiction de TF1 : Mara Sorbera, Dominique Deviosse-Nayrole
Une coproduction TF1, ALMA PRODUCTIONS, LES PRODUCTIONS CLEBS et FONTANA

Récompensé par le Grand Prix de la fiction unitaire au
9e Festival de Luchon (festival international du Film de Télévision) en février 2007.

Ça vous plaît ? Dites-le !

0 commentaire